Gaël Varoquaux

Fri 24 January 2003

←Home

le labo

Puisque je suis au boulôt, parlons boulôt :

Andrew est un type de ma taille, la quarantaine, assez sympa mais plutôt mou. Il dirige l’équipe expérimentale qui est constituée de deux post doc : Calum, un petit gros qui se balade toujours avec des t-shirts où il y a écrit “Hacker” et quelque chose, et Gronia, une petite timide absoluement charmante. Je ne vois pas beaucoup les post-doc car pour l’instant je ne suis pas souvent au labo, et mon bureau est deux étages au dessus du leur. Je le partage avec les thésards : Nick, Reece, Angela et Nicola (une fille, ne nous trompons pas). Angela travaille avec Gronia sur me condensat déjà en place, Nicola a une manipe de spectro compliquée, Nick construit un piège magnétique (un classique, mais j’ai oublié le nom), et Reece passe ses journées devant son ordi à traiter des données qu’il a acqui il y a quelque temps. A coté de mon bureau il y a le bureau des thésards théoriciens. En moyenne se sont des glaucques, sauf un trés sympa qui s’appel Christophe et qui vient d’Allemagne. De plus dans l’équipe il y a un technicien spécialisé dans les lasers. Il a passé le dernier mois à construire des diodes lasers à cavitée étendue. En se moment il était en train de faire un montage d’absorbtion saturée mais on l’a démonté pour faire de la place pour la nouvelle table.

J’ai un peu fait joujou avec les ECDL (external cavity diode laser), deux sont pour moi. C’est cool d’arriver et d’avoir tout de fait…

Question rythme cela n’est pas effrayant : au début je me pointais à 9 heures, mais il n’y avait personne. Ils arrivent à 9 h 30. A 11 h on a le “tea”, je n’ai pas la moindre idée de quand est la pause déjeuné. Pour moi la semaine dernière c’était à 12h30, car il fallait que je regagne mon “college”. On a une deuxième pause tea vers 4 h et les bureaux ferment officiellement à 5 h. Cela veux dire que à 5 h 30 il n’y a déjà plus Andrew, et que les thésards, eux, partent plus tard, les bons jours. Pour ma part je quittais à 5 h 30 car le diner était à cette heure là ;-/ .

Aujourd’hui on a recu la table optique : 3m de long sur un de large et pesant 800kg (sans les pieds) c’était impréssionant : pour la monter une grue l’a prise et l’a posé sur le balcon, ou plutôt l’a posée dans l’embrasure de la porte qui donne sur le balcon, sur un gros chariot qui était dans le batiment (tu passe un bout dans la porte, tu pose l’autre parterre, tu bouge les sangles pour qu’elles ne soient plus fixée qu’au bout qui dépasse, et en faisant rouler l’autre bout sur le chariot tu glisse tout la table dans l’embrasure pendant que le Français de service glisse un deuxième chariot sous le deuxième bout (oui, je suis bien le seul Français ici, il y avait bien un Tahissien au St Margaret’s College, mais cela ne compte pas).

On a amené la table dans le couloir mais comme Gronia et Angela faisaient des mesures, et des bonnes, on l’a laissée là, sans toucher à rien, et elle attend dans sa grosse boite en bois qu’on la déballe…


Bon, suite de l’histoire, le lendemain (aprés que j’ai oublié ma carte magnétique pour rentrer dans le bâtiment et que j’ai abandonné mon portable et le mail dans mon bureau).

La table est toujours là, elle est partiellement sortie de sa boite de bois, mais elle repose toujours en équilibre sur la tranche, sur le fond de la boite. Nous la rentrerons probablement lundi matin tôt.

Le labo est formé de deux, bientôt trois, tables optiques, entourées d’une grande infrastructure qui sert à porter un étage d’instruments au dessus et à fixer par des scratchs des grands caches noirs. Sur l’une d’entre elles il y a un laser titane-saphir, qui est le laser principal. Il passe dans la manipe de Nicola et sur le table à coté, pour faire le refroidisseur-piégeur pour le MOT de la machine à BEC en place.

Le plus amusant est que en se moment il n’y a que des filles dans le labo : Angela et Gronia, qui passent leur temp à maniper. C’est pas souvent de voir un labo entièrement feminin (et en plus se ne sont pas de monstre aséxué comme c’est généralement le cas). Cela doit pour cela que le labo est parfaitement en ordre et propre. en fait non, je crois que c’est plutôt lié à la manipe : l’optique doit rester trés propre. On a donc une clim qui maintient la pression interne au dessus de la pression atmosphérique pour garder les poussière à l’exterieur. Et quand on ouvre la porte externe du sas, tout le labo est mis au courant par un bienveillant buzzer qui incite gentillement les gens à ne pas la laisser trop longtemps ouverte.

Dés que le titane-saphir est en marche tout le monde met des lunettes protectrice. Cela fait trop cool les superbes reflets verts. C’est bète que Oakley ne fasse pas des lunettes protectrices…

Ce soir Andrew m’a aidé à déménager. Heureusement car il y avait une pluie du tonnerre. et il s’est subitement mis à faire froid (les maisons ici n’ont bien sûr pas de chauffage central). Je suis arrivé dans ma chambre et j’ai frotté tout ce que j’ai pu, passé l’aspirateur, mais malheureusement je n’ai pu terminer mon travail car je n’ai pas les produits nécessaires, et Grant (qui sait où il se trouve) n’est pas là.

Il a fait 4 celcius cette nuit : on avait du vent du sud qui venait directement de l’Antartique. Comme je n’avais pas de chauffage j’ai utilisé ma technique de rando : une polaire par dessus le pijama, cela marche trés bien et ce n’est même pas inconfortable.

Go Top
comments powered by Disqus